La régulation de la progestérone par les composés bio-actifs naturels

Mis à jour : 22 juil. 2020



Introduction

Le rôle principal de la progestérone est de favoriser la nidation de l'ovule fécondé et la

gestation. La progestérone modifie les caractères vasculaires et chimiques de la muqueuse

utérine pour la rendre propice à l'implantation de l'oeuf dans l'utérus. Pendant les trois

premiers mois de la grossesse, une production suffisante de progestérone par le corps jaune

est indispensable, jusqu'au moment où le placenta prend le relais. Pendant la grossesse, la

progestérone a un effet relaxant sur le muscle utérin, elle augmente les sécrétions du col de

l'utérus, maintient l'importante vascularisation de la muqueuse utérine et prépare les glandes

mammaires à la lactation.

La balance oestrogènes/progestagènes détermine le « climat » hormonal de chaque femme

qui change tout au long de la vie. Au-delà de l’équilibre imparfait entre les oestrogènes et

les progestagènes à l’origine de nombreux troubles féminins (syndrome prémenstruel, préménopause…),

la progestérone a un effet bénéfique souvent méconnu sur les troubles de

l’humeur, la régulation hydro-électrolytique, l’ostéoporose et la santé cardio-vasculaire.

Un bon équilibre hormonal est bénéfique aussi chez l’homme, notamment pour la prostate,

où la progestérone s’oppose à l’effet délétère des oestrogènes (voir Lettre IEP n°19).

Les polémiques autour des traitements hormonaux de synthèse, associées aux

recommandations récentes de diverses sociétés savantes et de l’OMS sur l’utilisation de la

phytothérapie à visée hormonale, provoquent un regain d’intérêt pour les phyto-nutriments.

Issus de la médecine traditionnelle, ces phyto-nutriments, seuls ou en association, ont fait

l’objet d’études d’intervention et de plusieurs méta-analyses. Ces données ont permis de

définir les doses utiles et de proposer les associations efficaces qui seront décrites dans

cette revue.

1. Rappel : rôles et biogénèse de la progestérone

La progestérone est une hormone stéroïdienne appartenant à la famille des progestagènes, dont elle

est le principal représentant, formée à partir d’un précurseur commun à toutes les hormones

stéroïdiennes, le cholestérol mitochondrial (figure 1).

Rôles :

Chez la femme, la progestérone :

- est complémentaire des oestrogènes pour la procréation (contrôle de l’ovulation, implantation,

nidation, gestation),

- est antagoniste des oestrogènes par son action diurétique et en baissant la perméabilité vasculaire

par le blocage des récepteurs de l’aldostérone et la réduction du nombre de récepteurs

oestrogèniques (seins et utérus),

- est anxiolytique (allopregnanolone : métabolite de la progestérone sous l’action de la

5-α réductase),

- « protège » la sérotonine,

- stimule la formation osseuse par ses récepteurs ostéoblastiques,

- est anti-androgène pour la di-hydro-testostérone par inhibition de la 5-α réductase (par

compétition) mais pro-androgène pour la testostérone,

- inhibe la sécrétion de prolactine en stimulant la dopamine cérébrale (production de prolactin

inhibitor factor : PIF),

- baisse la production de cytokines pro-inflammatoires.

Chez l’homme, la progestérone :

- stimule la motilité des spermatozoïdes,

- a les mêmes effets généraux que pour la femme mais qui semblent moins importants par la

différence de production.

Métabolisme :

• Produite en petite quantité par les surrénales :

- en première partie du cycle chez la femme (1 à 2 mg par jour),

- en permanence chez l’homme (1,5 à 3 mg par jour).

• Produite en plus grande quantité par les ovaires :

- en deuxième partie du cycle (20 à 40 mg par jour) = phase lutéale.

Figure 1 : Synthèse de la progestérone.



Cette synthèse est régulée par l’axe hypothalamo-hypophysaire. Les gonadotrophines hypophysaires,

FSH (folliculo-stimulante) et LH (lutéinisante) vont provoquer la ponte ovulaire chez la femme (pic de

LH), avec formation du corps jaune s’il n’y a pas de fécondation (figure 2).

5

Figure 2 : Régulation de la synthèse de la progestérone



En phase folliculaire la granulosa ovarienne sécrète de l’inhibine B qui participe au rétrocontrôle (baisse

FSH et rapport LH /FSH optimal) (figure 3).


Figure 3 : Évolutions hormonales



Au niveau surrénalien, sous l’action de la LH, il va y avoir transcription et activation des enzymes

(desmolase et 3-β HSD) pour former la pregnénolone et la progestérone.

La progestérone sera, en dehors de son action propre, un intermédiaire dans la fabrication des

minéralocorticoïdes, des glucocorticoïdes et des androgènes (Figure 4).

La progestérone est transportée, inactive, dans le plasma, liée à deux types de protéines : la transcortine

(CBG : globuline qui lie la progestérone et les glucocorticoïdes) et l’albumine.

La partie libre (environ 2%) est l’hormone active qui se lie directement aux récepteurs des

progestagènes.

La progestérone pénètre dans les cellules cibles par diffusion, puis se fixe sur les récepteurs

intracellulaires. Des récepteurs spécifiques ont été identifiés, non seulement dans les seins et l’utérus

mais aussi dans les ostéoblastes, les cellules cérébrales, les adipocytes, les entérocytes, les cellules

musculaires, la peau, l’endothélium vasculaire, comme les autres hormones sexuelles, ainsi que les reins.

Le complexe hormone-récepteur se lie alors à l’ADN et régule la transcription des gènes pour obtenir

l’effet biologique programmé.

Figure 4 : Biosynthèse et conversion de la progestérone




Mais la clinique doit prévaloir…

Evolution des taux de progestérone :

Chez la femme, il existe une grande variabilité individuelle des taux de progestérone durant la période

d’activité génitale, avec une baisse moyenne à partir de 35-40 ans.

Chez l’homme la production surrénalienne décline avec l’âge, mais comme toujours c’est l’équilibre

global hormonal qu’il faut appréhender (rapport oestrogènes /progestérone...).

La biologie :

2. Situations prédisposant à un déficit en progestérone

Au-delà du polymorphisme génétique, facteur majeur du niveau de progestérone, certaines

situations favorisent la baisse d’activité des progestagènes :

- âge,

- alcoolisme chronique,

- tabagisme, marijuana et autres drogues,

- caféine en excès,

- stress important,

- obésité,

- perturbateurs hormonaux (bisphénol A...),

- médicaments :

• oestrogènes,

• anabolisants stéroïdiens.

Tableau 1 : Bilan biologique




3. Les dysfonctionnements liés à la progestérone

Conséquences possibles d’un déficit en progestérone (hyper-oestrogènie relative) :

- mastose,

- cancer du sein,

- kystes ovariens,

- endométriose,

- cancer de l’endomètre,

- fibrome utérin,

- infertilité,

- problèmes lors de la grossesse : pré-éclampsie, augmentation du risque de fausse couche et

d’accouchement prématuré.

Ces situations nécessitent, pour la plupart, un traitement pharmacologique et/ou chirurgical.

Syndrome prémenstruel (SPM)

Touche de 50 à 75% des femmes suivant les ethnies et environ 10 % d'entre elles rapportent des

difficultés importantes qui influent sur leur qualité de vie. Quoique ces symptômes peuvent être présents

dès l'adolescence, la majorité des femmes en sont incommodées vers l'âge de 30 ans.

Ces symptômes présentent un caractère cyclique suivant quatre scénarios.

Scénario 1

• Les manifestations débutent lors de l'ovulation et s'aggravent pendant la phase prémenstruelle.

Scénario 2

• Les problèmes atteignent leur sommet durant la semaine précédant les menstruations.

Scénario 3

• Beaucoup de femmes éprouvent des symptômes pendant une courte période lors de l'ovulation et

sont ensuite soulagées pendant quelques jours. Par contre, les difficultés réapparaissent vers la fin de

la phase prémenstruelle.

(Pour les scénarios 1, 2 et 3, les symptômes disparaissent avec l'arrivée des menstruations).

Scénario 4

• Les femmes les plus sévèrement affectées ressentent les symptômes dès l'ovulation de façon continue

et ce jusqu'à la fin des menstruations.

Les symptômes sont physiques : fatigue, douleur aux seins, gonflement et prise de poids, maux de tête,

étourdissements, insomnie / hypersomnie, fringales, troubles de l'appétit, douleurs articulaires, douleurs

musculaires, malaises gastriques, crampes et acné.

Les symptômes sont aussi psychiques : dépression, irritabilité / agressivité, sautes d'humeur, manque

de contrôle, anxiété, panique, agitation, difficulté à se concentrer, apathie, désespoir, idées suicidaires.

On différencie aujourd’hui, le SPM décrit depuis 1931 (signes physiques avec des signes psychiques

modérés), des Troubles Dysphoriques Prémenstruels (TDPM) où la symptomatologie psychique est

omniprésente et sévère (3 à 8 % des femmes).

Différentes théories sont avancées:

- l’hyper-oestrogénie relative semble faire consensus, par manque de progestérone et/ou excès

d’oetrogènes, mais la biologie est souvent normale (Potter et al, 2009),

- polymorphismes génétiques:

• Transporteur sérotonine (Gingnell et al, 2010 ; Magnay et al, 2010),

• Estrogen receptor 1, glutathione S-transférase (Woo et al, 2010),

- baisse du nombre de récepteurs dopamine (par chute E2 et P en fin de phase lutéale) (conduite

additive-plaisir) (Ossewaarde et al, 2011),

- psychologie évolutionniste (Bohler, 2012).

Le déficit ou l’hypofonctionnement en progestérone a pour conséquence l’hyper-oestrogénie relative,

l’excès d’aldostérone, de prolactine (baisse de l’effet dopaminergique et PIF), la baisse de production

d’allopregnanolone (GABAergique) et l’augmentation du rapport pro-inflammatoire prostaglandine

type2/type1 (baisse de l’effet sérotoninergique). Ceci semble expliquer la plupart des symptômes du

SPM et du TDPM.

Pré-ménopause

Vers la fin du travail des ovaires…

- 1 à 2 millions de follicules primordiaux à la naissance,

- 500 000 au début de la puberté dont 600 meurent tous les mois,

- 400 ovulations en moyenne durant la vie génitale,

- diminution progressive du nombre de follicules primordiaux, avec accélération à partir de 38 ans,

entraînant une baisse de la sécrétion d’inhibine B (M Soules,1998),

- avec pour conséquence une augmentation de FSH (baisse LH/FSH),

- baisse de la fertilité.

- à la fin de la 4ème décade (45 ans en moyenne), alternance d’hypo et d’hyper-oestrogénie avec

hypo-progestéronémie (anovulation),

- âge médian : 45,5 ans, durée 3,8 ans,

- rôle de l’ethnie et de l’IMC (Harlow et al. 2006; Soules et al. 2001).

Les symptômes cliniques ressemblent au SPM et au TDPM avec moins de signes d’hyper-oestrogénie

en fin de pré-ménopause.

4. Prévenir et/ou traiter les déficits en progestérone : intérêt des

composés naturels bioactifs

4.1 : Vitex agnus-castus L (gattilier)

Les auteurs anciens, d’Hippocrate à Dioscoride, s’accordaient à lui attribuer des vertus anaphrodisiaques

sur la gent masculine. Cette réputation explique le nom latin agnus-castus, “agneau chaste”.

Principe actif (fruit)

Parmi les principes actifs, deux ont montré leur efficacité pour réduire de nombreux symptômes du

déficit en progestérone, des iridoïdes (agnuside) et des flavonoïdes (casticine). A noter la présence de

di-terpènes et de tanins.

Mécanisme d’action

Plusieurs mécanismes d’action, complémentaires et synergiques expliquent les résultats des agnusides

et casticines. Une action lutéotrope qui stimule la production de progestérone par le corps jaune. Une

action anti-prolactine qui baisse l’intensité des mastodynies (Wuttke et al. 2003 ; Jarry et al. 1994 ; Sliutz

et al. 1993). Une activation sur les récepteurs μ aux opioïdes qui provoque une analgésie (Webster et

al. 2006). Enfin une action GABAergique et sérotoninergique qui va atténuer la composante psychique

( Ciotta et al. 2011).

Etudes d’intervention

Des études récentes confirment l’intérêt du Vitex agnus.

Il ressort que 40 mg d’extrait de gattilier, administré en une prise, améliore significativement de

nombreuses plaintes du SPM.

Ainsi en 1998, Halaska et al. montraient dans une étude en double aveugle contre placebo, la réduction

des mastodynies prémenstruelles.

En 2001, dans une étude du même type, Schellenberg et al. rapportent l’amélioration de 6 symptômes :

irritabilité, troubles de l’humeur, colère, migraine, oedèmes et mastodynies.

En 2011, Zamani et al. indiquent une baisse des maux de têtes, de la fatigue, de l’humeur dépressive,

de la nervosité et des mastodynies.

En 2014, Su Hee Jang et al. confirment, dans une méta-analyse de 11 études 2002-2012, l’efficacité et

l’innocuité du Vitex agnus.

Sécurité de la posologie

Il n’y a pas d’effets secondaires (Danielle et al. 2005) (Posadzki et al.2013).

4.2 : Alchemilla vulgaris (alchemille)

Fait partie depuis le moyen-âge de la pharmacopée traditionnelle des maux de la femme, connu sous

le nom de « manteau de Notre-Dame ».

Les alchimistes s’en servaient pour recueillir la rosée nécessaire à leurs préparations, d’ou le nom de

« rosée céleste ».

Principe actif (feuilles et parties aériennes)

Riche en tanins, pro-anthocyanidols, flavonoïdes (glycosides et quercétol) et en phénols.

11

Mécanisme d’action et propriétés

C’est une plante étudiée in vitro et in vivo, mais de manière surprenante, il n’existe pas d’études en

double aveugle contre placebo. L’utilisation confirme ses vertus dans les « maux de la femme » par ses

nombreuses propriétés :

- l’alchemille est lutéotrope, stimule la sécrétion de progestérone par les ovaires (G. Van Snick. 2003),

- elle est spasmolytique et sédative (KJ.Sufka et al. 2001),

- elle a des propriétés hémostatique et décongestionnante pelvienne (M. Wichtl et R. Anton. 1999),

- elle présente une activité antibactérienne (staphylocoque et yersinia) (C.D. Djipa et al. 2000), antioxydante

(O. Oktyabrsky et al. 2009). (Y. Kiselova et al. 2006) et antimycotique,

- elle inhibe l’élastase (aide au maintien de l’élasticité de la peau) (A. Benaiges et al. 1998),

- a une activité angioprotectrice (anti-trypsine et α-chymotrypsine) (M. Jonadet. 1986).

Sécurité d’emploi

Il n’existe pas à ce jour, de toxicité avérée ou potentielle rapportée, chez la femme.

4.3 : Prunus cerasus (queue de cerise)

Originaire de Moyen-Orient, le cerisier sauvage, était connu des Grecs anciens pour ses vertus

médicinales et utilisé contre les crises de goutte (pédoncules). La queue de cerise a été prescrite pour

favoriser les urines dès le Moyen-âge et durant les siècles suivants. Ses vertus diurétiques et antiinflammatoires

ont été prouvées depuis (M. Petriccione. 2009).

Principe actif

Ses vertus thérapeutiques reposent sur sa richesse en :

- polyphénols,

- flavonoïdes,

- pro- et anthocyanidines

- et en sels de potassium.

Mécanisme d’action

Son action diurétique (anti-aldostérone) (N. Hooman et al. 2009), anti-oxydante et anti-inflammatoire

(A. Saric et al. 2009) la rende intéressante dans la lutte contre la rétention d’eau souvent constatée lors

d’un « manque » de progestérone.

« Cerise sur le gâteau »…il a été démontré récemment une augmentation du niveau de mélatonine (G.

Howatson et al. 2012) (VN. Sarropoulou et al. 2012) par la prise de Prunus cerasus (le sommeil perturbé

est une composante des troubles psychiques du SPM et de la pré-ménopause).

4.4 : Tryptophane

En 1988, Ashby CR Jr et al. ont fait le lien entre une altération de la sérotonine et le SPM.

Il est à noter que des inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (SSRI) sont efficaces dans le traitement

du SPM avec TDPM (Jovanovic et al. 2006).

Mais dès 1991, J. Bancroft et al. ont montré une amélioration sous tryptophane des troubles

dystrophiques du SPM.

Depuis lors, de nombreuses études d’intervention ont confirmé cette première constatation (Rapkin AT.

et al. 1991), (Steinberg S. et al. 1994 et 1999), (Rasgon N. et al. 2000 et 2001), Freeman EW. et al. 2004),

(Schmitt JA. et al. 2005).

12

5. En résumé

La progestérone joue un rôle majeur dans la symphonie des hormones stéroïdiennes souvent en contre

balançant les autres hormones.

De nombreuses études d’intervention et les pratiques ancestrales ont montré l’efficacité de plusieurs

phyto-nutriments dans la régulation des déficits en progestérone.

Le tableau 2, résume l’effet et les mécanismes d’action de ces composés bioactifs naturels.

Leur utilisation est dépourvue d’effets secondaires et de ce fait offre une alternative aux traitements

pharmacologiques des déficits en progestérone rencontrés dans le syndrome prémenstruel, les troubles

dystrophiques prémenstruels et la pré-ménopause.

Tableau 2 : Effets et mécanismes d’action des composés bioactifs naturels

dans le déficit en progestérone




Dr Jacques BASSIER

Médecin nutritionniste, Marseille

Bibliographie

Ahmad B, Azam S, Bashir S, Khan I, Adhikari A, Choudhary MI. Antiinflammatory

and enzyme inhibitory activities of a crude extract and a

pterocarpan isolated from the aerial parts of Vitex agnus-castus.

Biotechnol J. 2010 Nov;5(11):1207-15.

Ambrosini A, Di Lorenzo C, Coppola G, Pierelli F. Use of Vitex agnuscastus

in migrainous women with premenstrual syndrome: an openlabel

clinical observation.

Arch Womens Ment Health. 2013 Aug;16(4):279-91.

Ashby CR Jr et al. Alteration of platelet serotonergic mechanisms and

monoamine oxidase activity in premenstrual syndrome. Biol

Psychiatry. 1988 Jun;24(2):225-33.

Bancroft J et al. Blunting of neuroendocrine responses to infusion of

L-tryptophan in women with perimenstrual mood change. Psychol

Med. 1991 May;21(2):305-12.

Bancroft J, Cook A. The neuroendocrine response to d-fenfluramine

in women with premenstrual depression. J Affect Disord. 1995 Dec

24;36(1-2):57-64.

Bell CJ, Hood SD, Nutt DJ. Acute tryptophan depletion. Part II: clinical

effects and implications. Aust N Z J Psychiatry. 2005 Jul;39(7):565-74.

Benaiges A et al. Study of the refirming effect of a plant complex. Int j

cosmet sci. 1998 aug;20(4):223-33

Berger D, Schaffner W, Schrader E. Efficacy of Vitex agnus castus L.

extract Ze 440 in patients with pre-menstrual syndrome (PMS). Arch

Gynecol Obstet. 2000 Nov;264(3):150-3.

Blumenthal M, Goldberg A, Brinckmann J. (Ed). Expanded

Commission E Monographs. Chaste Tree fruit. American Botanical

Council, publié par Integrative Medicine Communications, 2000.

Bond AJ, Wingrove J, Critchlow DG. Tryptophan depletion increases

aggression in women during the premenstrual phase.

Psychopharmacology (Berl). 2001 Aug;156(4):477-80.

Borges AR, Aires JR, Higino TM, de Medeiros Md, Citó AM, Lopes

JA, de Figueiredo RC.

Bruneton J. Pharmacognosie : Phytochimie et plantes médicinale

3ème ed. tec & doc., 1999, 394.

Bruneton J. Phytothérapie, les données de l’évaluation Ed. tec & doc.,

2002, 169.

Brzezinski A et al. Plasma concentrations of tryptophan and dieting.

BMJ. 1990 Jul 21;301(6744):183.

Brzezinski A. Serotonin and premenstrual dysphoric disorder. Lancet.

1996 Feb 17;347(8999):470-1

Cahill DJ, Fox R, et al. Multiple follicular development associated with

herbal medicine.Hum Reprod 1994 Aug;9(8):1469-70.

Chen SN, Friesen JB, Webster D, Nikolic D, van Breemen RB, Wang

ZJ, Fong HH, Farnsworth NR, Pauli GF. Phytoconstituents from Vitex

agnus-castus fruits.

Christie S, Walker AF. Vitex agnus-castus L.: (1) A Review of Its

Traditional and Modern Therapeutic use; (2) Current Use from a Survey

of Practitioners. Eur J Herbal Med 1997;3:29–45.

Ciotta L, Pagano I, Stracquadanio M, Di Leo S, Andò A, Formuso C.

Psychic aspects of the premenstrual dysphoric disorders. New

therapeutic strategies: our experience with Vitex agnus castus].Minerva

Ginecol. 2011 Jun;63(3):237-45.

Damar I, Ekşi A. Antioxidant capacity and anthocyanin profile of sour

cherry (Prunus cerasus L.) juice. Food Chem. 2012 Dec

15;135(4):2910-4

Daniele C, Thompson Coon J, et al. Vitex agnus castus: a systematic

review of adverse events. Drug Saf. 2005;28(4):319-32.

Dante G, Facchinetti F. Herbal treatments for alleviating premenstrual

symptoms: a systematic review. J Psychosom Obstet Gynaecol. 2011

Mar;32(1):42-51

Duckstein SM, Lotter EM, Meyer U, Lindequist U, Stintzing FC.

Phenolic constituents from alchemilla vulgaris l. and alchemilla mollis

(buser) rothm. at different dates of harvest.

Eriksson O et al. Mood changes correlate to changes in brain serotonin

precursor trapping in women with premenstrual dysphoria. Psychiatry

Res. 2006 Mar 31;146(2):107-16

Freeman EW. Luteal phase administration of agents for the treatment

of premenstrual dysphoric disorder. CNS Drugs. 2004;18(7):453-68

Freeman EW. Therapeutic management of premenstrual syndrome.

Expert Opin Pharmacother. 2010 Dec;11(17):2879-89

Fuller RW. Role of serotonin in therapy of depression and related

disorders.

Gerhard II, Patek A, et al. Mastodynon(R) bei weiblicher Sterilitat.

Mastodynon for female infertility. Forsch Komplementarmed

1998;5(6):272-278.

Ghannadi A, Bagherinejad M, Abedi D, Jalali M, Absalan B, Sadeghi

N. Antibacterial activity and composition of essential oils from

Pelargonium graveolens L'Her and Vitex agnus-castus L. Iran J

Microbiol. 2012 Dec;4(4):171-6.

Halaska M, Raus K, et al. [Treatment of cyclical mastodynia using an

extract of Vitex agnus castus: results of a double-blind comparison

with a placebo]. Ceska Gynekol 1998 Oct;63(5):388-92.

He Z, Chen R, et al. Treatment for premenstrual syndrome with Vitex

agnus castus: A prospective, randomized, multi-center placebo

controlled study in China. Maturitas. 2009 May 20;63(1):99-103.

Hooman N et al. Diuretic effect of powdered Cerasus avium (cherry)

tails on healthy volunteers. Pak J Pharm Sci. 2009 Oct;22(4):381-3.

Howatson G et al. Effect of tart cherry juice (Prunus cerasus) on

melatonin levels and enhanced sleep quality. Eur J Nutr. 2012

Dec;51(8):909-16

Jonadet M et Al. Flavonoids extracted from ribes nigrum l. and

alchemilla vulgaris l.: 1. in vitro inhibitory activities on elastase, trypsin

and chymotrypsin. 2. angioprotective activities compared in vivo. J

pharmacol. 1986 jan-mar;17(1):21-7.

Kiselova Y et Al. Correlation between the in vitro antioxidant activity

and polyphenol content of aqueous extracts from Bulgarian herbs.

Phytother res. 2006 nov;20(11):961-5.

Kubista E, Muller G, Spona J. Treatment of mastopathies with cyclic

mastodynia. Clinical results and hormonal profiles. Rev Fr Gynecol

Obstet. 1987 Apr;82(4):221-7.

Laakmann E, Grajecki D, Doege K, zu Eulenburg C, Buhling KJ. Efficacy

of Cimicifuga racemosa, Hypericum perforatum and Agnus castus in

the treatment of climacteric complaints: a systematic review. Gynecol

Endocrinol. 2012 Sep;28(9):703-9

Lans C et Al. Ethnoveterinary medicines used for ruminants in british

columbia, canada. J ethnobiol ethnomed. 2007 feb 26;3:11.

Lauritzen CH, Reuter HD, et al. Treatment of premenstrual tension

syndrome with Vitex agnus castus: controlled, double-blind study

versus pyridoxine. Phytomedicine 1997;4:183-9.

Leclerc H. Précis de phytothérapie, thérapeutique par les plantes

françaises Ed Masson, 113.

Li Y, Pehrson AL, Budac DP, Sánchez C, Gulinello M. A rodent model

of premenstrual dysphoria: progesterone withdrawal induces

depression-like behavior that is differentially sensitive to classes of

antidepressants. Behav Brain Res. 2012 Oct 1;234(2):238-47

Liu Y et al. Comparative study of phenolic compounds and antioxidant

activity in different species of cherries. J Food Sci. 2011

May;76(4):C633-8.

Loch EG, Selle H, Boblitz N. Treatment of premenstrual syndrome with

a phytopharmaceutical formulation containing Vitex agnus castus.J

Womens Health Gend Based Med 2000 Apr;9(3):315-20.

Ma L, Lin S, Chen R, Zhang Y, Chen F, Wang X. Evaluating therapeutic

effect in symptoms of moderate-to-severe premenstrual syndrome with

Vitex agnus castus (BNO 1095) in Chinese women. Aust N Z J Obstet

Gynaecol. 2010 Apr;50(2):189-93

Ma L, Lin S, et al. Treatment of moderate to severe premenstrual

syndrome with Vitex agnus castus (BNO 1095) in Chinese women.

Gynecol Endocrinol. 2010 Aug;26(8):612-6.

Magnay JL et al. Serotonin transporter, tryptophan hydroxylase, and

monoamine oxidase A gene polymorphisms in premenstrual dysphoric

disorder. Am J Obstet Gynecol. 2006 Nov;195(5):1254-9.

Mahmoud F et al. Sour cherry (Prunus cerasus) seed extract increases

heme oxygenase-1 expression and decreases proinflammatory

signaling in peripheral blood human leukocytes from rheumatoid

arthritis patients. Int Immunopharmacol. 2014 May;20(1):188-96.

Mahmoud FF et al. Sour cherry seed kernel extract increases heme

oxygenase-1 expression and decreases representation of CD3+ TNF-

α+ and CD3+IL-8+ subpopulations in peripheral blood leukocyte

cultures from type 2 diabetes patients. Phytother Res. 2013


May;27(5):767-74

Mari A, Montoro P, Pizza C, Piacente S. Liquid chromatography tandem

mass spectrometry determination of chemical markers and principal

component analysis of Vitex agnus-castus L. fruits (Verbenaceae) and

derived food supplements. J Pharm Biomed Anal. 2012 Nov;70:224-

30

Mazaro-Costa R, Andersen ML, Hachul H, Tufik S. Medicinal plants

as alternative treatments for female sexual dysfunction: utopian vision

or possible treatment in climacteric women?

Menkes DB, Coates DC, Fawcett JP. Acute tryptophan depletion

aggravates premenstrual syndrome. J Affect Disord. 1994

Sep;32(1):37-44.

Murakami Ket al. Dietary glycemic index is associated with decreased

premenstrual symptoms in young Japanese women. Nutrition. 2008

Jun;24(6):554-61.

Nevatte et al. ISPMD consensus on the management of premenstrual

disorders.

Ogur R et al. Report: investigation of anti-cancer effects of cherry in

vitro. Pak J Pharm Sci. 2014 May;27(3):587-92.

Oktyabrsky O et Al. Assessment of anti-oxidant activity of plant extracts

using microbial test systems. J appl microbiol. 2009 apr;106(4):1175-

83.

Ollier c. Spm, une symptomatologie pleine de mystère 37°c le

magazine, n°50, 16-23.

Ono M. et al. A new diterpenoid glucoside and two new diterpenoids

from the fruit of Vitex agnus-castus. Chem Pharm Bull (Tokyo).

2011;59(3):392-6.

Ou B et al. Processed tart cherry products--comparative phytochemical

content, in vitro antioxidant capacity and in vitro anti-inflammatory

activity. J Food Sci. 2012 May;77(5):H105-12.

Parry BL. The role of central serotonergic dysfunction in the aetiology

of premenstrual dysphoric disorder: therapeutic implications. CNS

Drugs 2001;15:277-85.

Pearlstein T, Steiner M. Non-antidepressant treatment of premenstrual

syndrome. J Clin Psychiatry. 2000;61 Suppl 12:22-7.

Petriccione M. Ethnobotany of Peach, Cherry and Walnut- Cetara, 26-

28 October 2009

Plotnikov MB. et al. Effect of alchemilla vulgaris extract on the structure

and function of erythrocyte membranes during experimental arterial

hypertension. Bull exp biol med. 2006 jun;141(6):708-11.

Posadzki P, Watson LK, Ernst E. Adverse effects of herbal medicines:

an overview of systematic reviews. Clin Med. 2013 Feb;13(1):7-12.

Rapkin A. A review of treatment of premenstrual syndrome and

premenstrual dysphoric disorder. Psychoneuroendocrinology. 2003

Aug;28 Suppl 3:39-53.

Rapkin AJ et al. Tryptophan and neutral amino acids in premenstrual

syndrome. Am J Obstet Gynecol. 1991 Dec;165(6 Pt 1):1830-3.

Rasgon N. et al. Neuroactive steroid-serotonergic interaction:

responses to an intravenous L-tryptophan challenge in women with

premenstrual syndrome. Eur J Endocrinol. 2001 Jul;145(1):25-33.

Said O et Al. Weight loss in animals and humans treated with

"weighlevel", a combination of four medicinal plants used in traditional

arabic and islamic medicine. Evid based complement alternat med.

2011;2011:874538.

Saric A et al: Improved Antioxidant and Anti-inflammatory Potential in

Mice Consuming Sour Cherry Juice (Prunus Cerasus cv. Maraska).

Plant foods for human nutrition 2009, vol. 64, no4, pp. 231-237.

Sarropoulou V et al. Melatonin enhances root regeneration,

photosynthetic pigments, biomass, total carbohydrates and proline

content in the cherry rootstock PHL-C (Prunus avium × Prunus

cerasus). Plant Physiol Biochem. 2012 Dec;61:162-8.

Sarropoulou VN et al. Melatonin promotes adventitious root

regeneration in in vitro shoot tip explants of the commercial sweet

cherry rootstocks CAB-6P (Prunus cerasus L.), Gisela 6 (P. cerasus ×

P. canescens), and MxM 60 (P. avium × P. mahaleb). J Pineal Res.

2012 Jan;52(1):38-46.

Sayegh R et al. The effect of a carbohydrate-rich beverage on mood,

appetite, and cognitive function in women with premenstrual

syndrome. Obstet Gynecol. 1995 Oct;86(4 Pt 1):520-8.

Schellenberg R. Treatment for the premenstrual syndrome with agnus

castus fruit extract: prospective, randomised, placebo controlled

study.BMJ 2001 Jan 20;322(7279):134-7.

Schmitt JA, Jorissen BL, Dye L, Markus CR, Deutz NE, Riedel WJ.

Memory function in women with premenstrual complaints and the

effect of serotonergic stimulation by acute administration of an alphalactalbumin

protein. J Psychopharmacol. 2005 Jul;19(4):375-84.

Shrivastava R et Al. Effects of alchemilla vulgaris and glycerine on

epithelial and myofibroblast cell growth and cutaneous lesion healing

in rats. Phytother res. 2007 apr;21(4):369-73.

Shrivastava R, John GW. Treatment of aphthous stomatitis with topical

alchemilla vulgaris in glycerine. Clin drug investig. 2006;26(10):567-

73.

Steinberg S, Annable L, Young SN, Bélanger MC. Tryptophan in the

treatment of late luteal phase dysphoric disorder: a pilot study. J

Psychiatry Neurosci. 1994 Mar;19(2):114-9.

Steinberg S, Annable L, Young SN, Liyanage N. A placebo-controlled

clinical trial of L-tryptophan in premenstrual dysphoria. Biol Psychiatry.

1999 Feb 1;45(3):313-20.

Steinberg S. The treatment of late luteal phase dysphoric disorder. Life

Sci. 1991;49(11):767-802.

Van Die et al. Hypericum perforatum with Vitex agnus-castus in

menopausal symptoms: a randomized, controlled trial. Menopause.

2009 Jan-Feb;16(1):156-63.

Van Die MD, Burger HG, et al. Vitex agnus-castus (Chaste-Tree/Berry)

in the treatment of menopause-related complaints. J Altern

Complement Med. 2009 Aug;15(8):853-62.

Van Die MD, Burger HG, Teede HJ, Bone KM. Vitex agnus-castus

extracts for female reproductive disorders: a systematic review of

clinical trials. Planta Med. 2013 May;79(7):562-75.

Van Snick G. Ménopause et phytothérapie la phytothérapie

européenne, mai-juin 2003, 19-24.

Veeninga AT, Westenberg HG. Serotonergic function and late luteal

phase dysphoric disorder.

Vitullo M Ripabelli G, Fanelli I, Tamburro M, Delfine S, Sammarco ML.

Von Studnitz FS, Eulenburg C, Mueck AO, Buhling KJ The value of

complementary and alternative medicine in the treatment of climacteric

symptoms: results of a survey among German gynecologists.

Complement Ther Med. 2013 Oct;21(5):492-5

Webster DE, He Y, Chen SN, Pauli GF, Farnsworth NR, Wang ZJ.

Opioidergic mechanisms underlying the actions of Vitex agnus-castus

L. Biochem Pharmacol. 2011 Jan 1;81(1):170-7.

Westphal LM, Polan ML, et al. A nutritional supplement for improving

fertility in women: a pilot study. J Reprod Med. 2004 Apr;49(4):289-

93.

Wichtl M. et Anton R.

Plantes thérapeutiques, tradition, pratique officinale, science et

thérapeutique. Ed tec & doc., 1999, 10-2.

Wurtman RJ, Wurtman JJ. Brain serotonin, carbohydrate-craving,

obesity and depression. Obes Res. 1995 Nov;3 Suppl 4:477S-480S

Wuttke W, Splitt G, et al. Behandlung zyklusabhangiger brustschmerzen

mit einem Agnus castus-haltigen arzneimittel. Geburtsh u Frauenheilk

1997;57:569-5749.

Yaghmaei et al. Possible Modulation of the Anexiogenic Effects of Vitex

Agnus-castus by the Serotonergic System. Naturforsch c. 2013 janfeb;

68(1-2):529-40.

Zamani M, Neghab N, Torabian S. Therapeutic effect of Vitex agnus

castus in patients with premenstrual syndrome. Acta Med Iran.

2012;50(2):101-6.



55 vues0 commentaire

2 Allée du petit prince, Bonsecours 

herissejerome76240@gmail.com 

Tél : 06 84 93 43 72

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White Pinterest Icon
  • White Instagram Icon

© 2019 par Hérissé Jérôme