Ménopause et cycle menstruel : Les phyto-hormones sont elles un danger ?

Pour atténuer les effets négatifs de la ménopauses ou les cycles déréglés on peut avoir recours à des plantes contenant des phyto-hormones. Ces plantes sont elles dangereuses ? Comment les utiliser ? Nous allons voir cela dans cet article.






Sommaire :


Les phyto-hormones c'est quoi ?

Les plantes phyto-oestrogènes-like

Les plantes phyto-progestérone-like

Les phyto-hormones sont elles dangereuses ?

Conclusion


Les phyto-hormones c'est quoi ?


Les phyto-hormones sont des hormones végétales qui ressemblent aux hormones humaines elles se fixent sur les récepteurs des hormones humaines. Les phyto-hormones miment les effets des hormones humaines tout en régulant l'activité glandulaire des sécrétions hormonales de la femme.


On distingue deux types de phyto-hormones :


➜ Les "phyto-oestrogènes-like"

➜ Les "phyto-progesterone-like"


Les plantes "phyto-oestrogènes-like"


Ces plantes contiennent des phyto-ostrogènes-like" qui miment les effets des oestrogènes, ce qui apporte des bienfaits sur les symptômes de la ménopause (bouffées de chaleur, sécheresse vaginale ect...)


Quelles sont ces plantes ?

Plantes aromatiques

  • Sauge sclarée

  • Niaouli

  • Fenouil

  • Cyprès

  • Persil

  • Houblon

Plantes non aromatiques

  • Avoine

  • Soja

  • Lin

  • Trèfle rouge

  • Saule blanc

  • Luzerne = alfalfa

  • Cimicifuga


LES HUILES ESSENTIELLES OESTROGEN-LIKE

  • Camomille Sauvage

  • Camomille Matricaire

  • Cèdre de l'atlas

  • Criste Marine

  • Fenouil Doux

  • Hélichryse de Madagascar

  • Menthe Poivrée

  • Menthe Verte

  • Muscade

  • Nard de l'Himalaya

  • Niaouli

  • Patchouli

  • Sauge Sclarée

Gemmothérapie :

Framboisier

Airelle

Luzerne


Aliments riches en phyto-œstrogènes


• Graines de soja (édamamés)

• Graines de soja à croquer (produit apéritif) • Graines de lin/pain aux graines de lin (ou « multicéréales »)

• Graines de sésame

• Graines de tournesol

• Graines de courge

• Lait de soja

• Tofu

• Tempeh, miso

• Farine de soja

• Lentilles

• Haricots secs

• Pois chiches, houmous

• Alfalfa (graines germées)

• Amandes, noisettes, pistaches, noix, noix de cajou…

• Légumes verts et jaunes (courges, courgettes, haricots verts, pousses de soja)

• Ail

• Abricots secs, dattes, pruneaux


Quels types de phyto-œstrogènes est-ce ? Quelles familles biochimiques ? Dans quels aliments principaux en trouve-t-on ? À quoi ça sert ?


Isoflavones : Génistéine, daïdzéine, glycitéine Soja : Œstrogen-like (effet bénéfique général).


Flavonols : Quercétine, kaempferol (Pomme, oignon, agrumes) : Contre l’ostéoporose, les bouffées de chaleur.


Flavones : Lutéoline, apigénine (Céleri, carotte, poivron) : Antioxydants, anticancer, protègent le cerveau.


Flavanones : Naryngine, hespérétine (Houblon) : Œstrogen-like (effet bénéfique général).


Flavanols : Catéchines (Thé, vin, fruits, légumes) : Contre l’ostéoporose, réduisent les risques cardio-vasculaires.


Anthocyanes : Flavonoïdes (Fruits rouges) : Antioxydants majeurs, bénéfiques pour les articulations, calment les bouffées de chaleur et les troubles de l’humeur.


Coumestanes Coumestrol Alfalfa Toniques, antidiabète, antihémorragiques.


Lignanes (ou lignans) Entérolactone, entérodiol (Lin) : Anticancer.



Un peu de détails concernant certaines d'entre elles :


L'alfalfa (luzerne) : elle soutient le système osseux et présente donc un côté anti ostéoporose.

Elle régule aussi la glycémie et le cholestérol. Evitez- la en cas de lupus ou d'antécédents.


Le Cimicifuga : C'est un rééquilibrant hormonal, il aidera en cas de problèmes de sommeil, de l'humeur, d'inflammations articulaires, mais en cas de bouffées de chaleur.


Le houblon : Améliore le sommeil et le stress.


Le soja : Riche en isoflavones elle aide contre les bouffées de chaleur.


Le trèfle rouge : tout comme le soja, les isoflavones lui donnent un intérêt en cas de bouffées de chaleur, mais aussi des vertus détox, diurétiques et dépuratives.


L'avoine : la plante de la thyroïde. Elle normalise la glycémie et le cholestérol. Polyvalente, elle sera stimulante le matin, et sédative le soir.


Une plante qui soutient l'action et la production d'œstrogènes


L’angélique : elle lutte contre les troubles digestifs mais aussi contre les problèmes féminins de manière générale, surtout en cas de cycle menstruel long. Très intéressante si vous souffrez de sécheresse ou d’irritation vaginale associée




Les contre-indications aux phyto-œstrogènes


Ce n’est pas parce que les phyto-œstrogènes sont naturels qu’ils sont anodins. Comme tout produit actif, ils ont des contre-indications.


• Les contre-indications absolues

Pour l’instant, les isoflavones sous forme de suppléments (pas sous forme d’aliments !) sont encore déconseillées en cas de cancer hormonodépendant (sein, utérus, endomètre, col utérin, ovaires chez la femme ménopausée et prostate chez l’homme). Si vous ou l’un de vos parents a été victime d’un cancer de ce type, la recommandation officielle actuelle est donc de ne pas en prendre, notamment après un cancer du sein.


• Les contre-indications relatives :

Les troubles et accidents thrombœmboliques constituent une contre-indication relative. Par ailleurs, en cas de maladie thyroïdienne, il faut impérativement corriger une carence en iode, surveiller vos taux de T3 T4 libres, et adapter le traitement (dans tous les cas, voyez avec votre médecin). 16 MES HUILES ESSENTIELLES ANTI-ÂGE Sont-elles sans danger ? Comment peut-on douter de l’innocuité des protéines de soja et recommander un traitement (THS) dont les risques cancérigènes sont connus ? Ce que l’on sait, c’est que la consommation à vie de phytoœstrogènes prévient le cancer du sein, mais que pris seulement en période de ménopause et en quantité, cela n’est pas sûr : ils pourraient même accélérer un cancer déjà déclaré. Rien n’est simple.


Les phyto-progesterones-like


Quelles sont ces plantes ?

Plantes aromatiques

  • Mélisse

  • Marjolaine

  • Serpolet

  • Romarin

  • Verveine

  • Thym

  • Achillée mille-feuille

Plantes non aromatiques

  • Alchémille

  • Bourrache

  • Onagre

  • Gattilier

  • Yam


Gemmothérapie :


Framboisier

pommier


Un peu de détails concernant certaines d’entre elles :

  • L’alchémille : aide l’ovaire à produire davantage de progestérone, notamment en cas de rétention d’eau (jambes lourdes, chevilles gonflées) et en prévention de fibromes.

  • Le gattilier (vitex) : il permet de lutter contre la rétention d’eau, les tensions mammaires, la sécheresse vaginale, les bouffées de chaleur, les troubles de l’humeur, les fibromes, mais aussi contre les maux de tête et les palpitations.

  • Le yam : il augmente les taux en hormones surrénaliennes (cortisol notamment), et présente donc des vertus en cas de fatigue. Il est une plante globale « anti-âge ».

  • L’onagre : idéale en cas de sécheresse cutanée, de seins douloureux, et de bouffées de chaleur.

Certaines plantes peuvent soutenir l’action ou la production de progestérone et peuvent être intéressantes :

  • L’achillée millefeuille : souvent utilisée en complémentation, elle traite les troubles ovariens mais aussi ceux de la vessie et de l’utérus. Elle sera à privilégier si vous souffrez de perte d’appétit et d’aigreurs digestives, grâce à son côté anti-inflammatoire et antispasmodique.

  • Le maca : en tant que plante « adaptogène », il permet de s’adapter à cette nouvelle vie, à retrouver votre libido, tout en réduisant l’impact psychique et physique (fatigue mentale et physique, anxiété…).

  • La salsepareille : plante tonique et antifatigue, elle aide notamment à conserver la masse musculaire et à soutenir le foie.

Huiles essentielles progestérone-like

Sarriette

Verveine officinale

Géranium bourbon

Marjolaine des jardins

Mélisse

Serpolet

Sauge sclarée


Alimentation progestérone-like :


Molécules progestérones like :


Apigénine (Persil ++, ache, céleri, cerfeuil, fenouil, millefeuille, aubépine, matricaire, romarin, pissenlit, camomille romaine, thym, ginkgo, aigremoine, origan, vergerette, marrube)

Naringénine (agrumes, chardon marie)

Lutéoline (Thym, menthe, romarin, origan, camomilles, millefeuille, arnica, sauge, aubépine, chou, céleri, huile d'olive, feuille d'olivier, Bacopa monnieri, yerba santa, réséda des teinturiers, pissenlit, nombreux fruits, poivron vert, périlla, carotte)

Kaempférol (poireaux++, aubergine++, Cassis, aubépine, myrtille, ortie, thé vert, brocolis, choux frisés, chicorée, haricots, endives, tomates, fraises, raisin, Ginkgo biloba, Tilia spp, Equisetum spp, Moringa oleifera, Sophora japonica, propolis)


Les phyto-hormones sont elles dangereuses ?


Les phyto-hormones miment les effets des hormones elles ne sont donc pas anodines.

Leurs effets a suscité l'intérêt de la médecine puis avec l'arrivée d'une étude montrant des cas de négatifs de récidive du cancer du sein cela a poussé à un consensus pour déconseiller les phyto-hormones en cas de cancer hormonodépendant puis de nouvelles recherches ont relativisé le sujet et la médecine les a réhabilitées à un dosage léger pour le tofu cela représenté 200 g par jour par exemple.


Se contenter d'une supplémentation en phyto-hormones revient à une approche symptomatique et cela permet rarement de ramener l'équilibre sur la durée à moins que le soucis soit mineur. Les glandes sont faites pour sécréter les hormones si on lui apporte des phytohormones elles vont s'y habituer et moins en sécréter. Il faut donc améliorer les causes de ce manque hormonal. A savoir en règle générale le stress, l'épuisement, le système digestif surtout le microbiote intestinal. En cas de stress chronique le taux de cortisol inhibera les hormones sexuelles, on évitera donc les phyto-hormones pour éviter une surdose inutile d'hormones sexuelles.


➜ Pour le stress on pourra :

Pratiquer la méditation, la cohérence cardiaque.

En phytothérapie : consommer de la passiflore, de l'aubépine surtout en cas de bouffée de chaleur.


➜ Contre le sommeil délicat : de l'Escholtzia en cure sur la durée c'est une plante hypnotique qui rétablira le sommeil sur la durée. Il y a également la valériane, la ballote la passiflore ect...


➜ Pour la rétention d'eau et les jambes lourdes : Consommer de l'hamamélis.


➜ Pour la prise de poids, le "jus Jérôme" ou l'infusion minceur.


➜ Pour les problèmes de peau faire une cure de bardane.



Conclusion


Les phyto-hormones ne sont pas anodines. Il faut éviter de les consommer sur la durée. Avant de faire une cure de phyto-hormones il faut analyser les causes du manque hormonal. Et voir si il est possible de rectifier les choses sans. Elles sont tout de même d'une aide précieuse pour relancer la machine. Il faut les consommer en quantité modérée et éviter une consommation trop longue.









Hérissé Jérôme votre naturopathe et magnétiseur passionné

Si vous souhaitez réserver votre téléconsultation cliquez ici ou appelez moi au 0684934372 pour un suivi en naturopathie ou en magnétisme.






44 vues0 commentaire