La rhinite allergique en naturopathie

Dernière mise à jour : 3 oct.




C'est le printemps et aussi le retour de la rhinite allergique


En France, 20 % à souffrir de ces allergies aux pollens volatiles, qui sont, rappelons-le, bien différents du pollen des abeilles, qui lui est issu des fleurs pollinisées par les abeilles (et non pollinisées par le vent comme c’est le cas des pollens volatiles).


Voici les différents pollens volatiles présents tout au long de l’année :


Le pollen des arbres de février à mai

Le pollen des graminées et des céréales de mai à juillet puis de mi-août à mi-septembre

Le pollen de certains herbacées au début de l’automne


Quels sont les symptômes de l’allergie au pollen ?


Nombreux sont les symptômes de l’allergie au pollen. Ils peuvent apparaitre brutalement à l’arrivée du printemps.

Éternuement, cela peut même aller jusqu’à 10-15 éternuements à la suite

Le nez qui coule et qui se bouche, il pique et se met à gratter

Les yeux qui se mettent à pleurer

La respiration devient difficile et sifflante, et la toux apparaît

La gorge peut démanger

Une fatigue qui peut se faire ressentir, c’est tout à fait normal


Qu'est-ce qu'une allergie ?


Une allergie est une réaction anormale de notre système immunitaire qui s'attaque à une substance inoffensive de notre environnement, ici le pollen.


Les symptômes peuvent apparaître très rapidement après exposition à l'allergène (quelques minutes), ou peuvent apparaître quelques jours plus tard.


Les causes ?


- Un microbiote nasal pas suffisamment varié et déséquilibré :


Le microbiote nasal joue le rôle de filtre, il sélectionne ce qui passe la muqueuse ou non si il n'est pas assez diversifié des intrus peuvent passer et atteindre la muqueuse nasale.


- Un microbiote intestinal pas suffisamment varié et déséquilibré :

En effet il existe un lien étroit entre le microbiote intestinal et nasal.


-Un système immunitaire dérèglé :

Les lymphocytes T possèdent des récepteurs sur leur surface externe capables de reconnaître des pathogènes. Mais il peuvent aussi reconnaître des allergènes lors de la réponse allergique, ainsi que nos propres tissus lors d'une réaction auto-immune.

Ces lymphocytes peuvent être divisés en 2 classes : les Th1 et les Th2. Les Th1 ont la charge de détruire les parasites intracellulaires. Les Th2 sont responsables de la production d'immunoglobuline E (IgE) et de la dégranulation des oesinophiles, phénomènes directement impliqués dans la réponse inflammatoire de l'allergie. En théorie, ces deux fractions (Th1 et Th2) sont produites d'une manière équilibrée.


De nombreux chercheurs considèrent aujourd'hui que l'allergie est due à un excès de Th2 au profit des Th1. Cet excès se traduit par surproduction d'IgE après inhalation, ingestion ou contact avec un allergène. C'est une situation que l'on appelle l'atopie. Plus l'allergène provoque de réactions et plus le système immunitaire est virulent contre celui-ci.

Cet excès immunitaire est directement relié à la faiblesse du microbiote nasal et intestinal vis à vis des allergènes, et à une inflammation intestinale chronique voire à une porosité intestinale qui surcharge la toxémie du sang et déséquilibre le système immunitaire.


La naturopathie dans la gestion de la rhinite allergique :


En naturopathie on travaille sur le terrain pour éradiquer les causes et que celui-ci soit propice au bien-être.


L'alimentation :


Elle sera orientée pour améliorer les terrains défectueux. Ici en l'occurrence le terrain digestif et immunitaire surtout. Les conseils sont individualisés en fonction de chacun pour restaurer un microbiote et un système immunitaire sain. Ainsi pour travailler en ce sens une consultation avec votre naturopathe est nécessaire. Vous pouvez prendre rendez vous avec moi ici ou en me contactant.




Voici quelques conseils généraux :


- Limiter les aliments riches en histamine qui favorisent l'activation du système immunitaire. Tels le fromage, la charcuterie, la viande rouge, le poisson, les excitants, les tomates, les aubergines, les épinards, champignons, choux, fraises, raisins, le chocolat et l'alcool.


- Limiter les aliments qui perturbent le bon fonctionnement de la barrière intestinale comme le sucre, le sel, le gras, les aliments riches en gluten, les produits laitiers.


-Avoir des bons apports en oméga 3 (graine de colza, de lin, de chia) ils sont antiinflammatoires, ils diminuent la sensibilité aux allergènes.


- Prendre soin de votre foie celui-ci épure le sang de ses toxines et va donc jouer un rôle majeur dans la diminution de de la charge sanguine en complexe immun (complexe composé d'anticorps et d'antigène (l'allergène)). Plus cette charge est élevée et plus le système immunitaire est virulent.


- Consommer une plante qui module le système immunitaire comme l'astragale. L'astragale nettoiera en profondeur l'organisme, cela améliora le terrain allergique qui est fortement corrélé avec l'intoxication du corps.


- Apaiser l'inflammation intestinale de manière directe avec du boswellia serrata et de manière indirecte en améliorant les sécrétions digestives avec de la gentiane par exemple.


- Attention à la carence en vitamine D. Exposez-vous suffisamment au soleil si possible sinon pensez à vous supplémenter en vitamine D3.


Tout ceci est à adapter en fonction de chacun bien évidemment. Avant de faire une cure consulter votre naturopathe.


la rhinite allergique n'est pas une fatalité. Il suffit d’adopter quelques gestes simples et efficaces pour les prévenir :


Se doucher, se laver les cheveux, se laver les mains et changer de vêtements fréquemment

Eviter d’ouvrir les fenêtres pendant la journée

Ne pas faire sécher le linge dehors

Rouler fenêtres fermées en voiture

Faire le ménage plus régulièrement.

Profitez des bienfaits de la phytothérapie et de l’aromathérapie ! Aromathérapie : Huile essentielle Camomille allemande par voie cutanée sur les avant-bras (ne pas ingérer). Elle est antihistaminique. Risque d’utilisation : œstrogène like, photosensibilisante, interdit à la femme enceinte et allaitante et aux enfants de moins de 3 mois. Huile essentielle d’estragon et de basilic exotique (feuilles) (Ocimum basilicum) : antihistaminique. Utilisation par voie orale ou cutanée, ces huiles essentielles seront plus efficaces sur le long terme (avec des pauses toutes les 3 semaines) et donc elles sont moins puissantes que les deux autres huiles essentielles citées dans cet article. Attention, elles sont dermocaustiques à l’état pur Irritantes pour la peau pour l’HE d’estragon, et Œstrogène-like pour l’HE de basilic). Interdit à la femme enceinte et allaitante et aux enfants de moins de 3 mois pour l’huile essentielle d’estragon et l’enfant de moins de 6 ans pour l’huile essentielle de basilic. Huile essentielle Tanaisie annuelle (tanacetum annuum) (partie aérienne) en utilisation cutanée sur les avant-bras. Elle est antihistaminique. Attention, Irritante pour la peau Neurotoxique Cortisone-like Irritante des voies respiratoires. Ne pas ingérer, inhaler ou diffuser. Interdit à la femme enceinte et allaitante et aux enfants de moins de 6 ans, ainsi qu’en cas de cancer hormonodépendant (sein, prostate, utérus).

Phytothérapie : L’ortie et le plantain, la camomille, la réglisse le noni, l'huile de nigelle et le thé vert sont antihistaminiques, ils possèdent également des vertus anti-inflammatoires et dépuratives intéressantes pour lutter contre les allergies.


Avec ces plantes il ne faut s'attendre à des résultats immédiats, elles agissent avec le temps ainsi il faut les consommer 3 semaines avant d'avoir des résultats probants. Une cure d'ortie ou de plantain 3 semaines avant la période allergique apportera des résultats probants.


Une recette de gouttes dans le nez à base de guimauve et de camomille à appliquer dans chaque narine. Elle se conserve 2 jours au réfrigérateur.

Les jus:


Les jus sont efficaces en prévention et en soulagement de l’allergie : pomme-ananas-cresson (1/3 d’ananas, 1 pomme, 1 poignée de cresson) grenade-pêche-carotte (1 grenade, 1 pêche, 2 carottes) pomme-citron,concombre (2 pommes, 1/2 concombre, 1/3 de citron)


Ananas- noni- aloe vera ( à part égale)

aloe vera

noni

Gemmothérapie : le Ribes nigrum (cassis) anti-inflammatoire puissant, mais aussi, le Juniperus communis, l’Ulmus campestris, le Viburnum lantana. Oligoéléments : Les oligoéléments de manganèse, de soufre, de magnésium en alternance et d’or pour l’inflammation. Nutriments : les acides gras polyinsaturés oméga 6 et surtout 3 (huile de périlla) l’huile de nigelle (antihistaminique), la vitamine C et le sélénium. L’homéopathie : Allium cepa composé et chelidonium composé (20 gouttes de chaque avant les trois repas). Autrement Allium cepa 5CH pour les nez à écoulement clair, Euphrasia 5CH pour les yeux irrités, Apis 7CH pour les picotements du nez ou des yeux, Sticta poulmoria ou Pulsatilla 5CH pour les nez bouchés, Nux vomica 7CH pour les éternuements, Sabadilla, Naphtalinum, Arsenicum album… sans oublier Poumon histaminum 15CH pour l’allergie. Demander l’avis d’un médecin avant utilisation





Hérissé Jérôme votre naturopathe et magnétiseur passionné

Si vous souhaitez réserver votre téléconsultation cliquez ici ou appelez moi au 0684934372 pour un suivi en naturopathie ou en magnétisme.



325 vues0 commentaire